Partages

Chapitre 5 – Question d’autorité

Quand tu deviens maitresse, il y a une question qui revient au premier plan dès les premiers instants : l’autorité. Vous avez dit quoi ?!! AUTORITÉÉÉÉ !!! Tu vois déjà le regard froid, l’absence de sourire, le ton sec, tu es LE Maitre, LE Chef, celui ou celle qui décide et qui a les pleins pouvoirs. « Si tu es trop gentille, tu loupes ton année, tu es foutue ». Alors les premiers jours, tu laisses ta personnalité de côté et tu enfiles ton costume de méchant ou méchante. Et pendant les premiers jours, tu te regardes de l’extérieur, jouer cette scène et tu te fatigues (mais vraiment tu t’ééépuiiiiseeees) de voir cette personne déambuler devant les petites choses, sans pouvoir faire une petite blague, mettre un trait d’humour, sans pouvoir commencer à construire cette complicité qui fait qu’en un regard on se comprend quand ça va mais aussi quand ça ne va pas. Bref, au bout d’une semaine, tu te rends compte que la personne en action dans la classe, heuuu mais c’est quiiii ? Ba ce n’est pas toi alors tu tentes un peu d’humour et pfiou que ça fait du bien. Alors quand ça fait du bien, c’est un peu un phénomène auto entraînant alors tu recommences une fois, deux fois, et tu continues. Et là, tu RESPIRES, tu es toi, enfin. Mais tu te dis, mais s’ils avaient raison ??? Je ne vais pas surviiiivreeeee, ils vont me mangerrrrr. Mais en fait, il n’y a pas que toi qui respires, il y a aussi les crevettes de ton écol’sphère qui commencent à respirer… Parce que l’autorité, ce n’est pas la froideur et le cri… C’est tout autre chose. Depuis cette expérience, je suis moi-même dès les premières secondes, avec mon humour de maitresse qui crée du lien et j’espère de la confiance. Et je peux vous dire que quand je leur dis que je suis en colère ou que je suis attristée par une situation, ils ne font pas les malins les affreux… Du haut de ma petite expérience, il n’y a qu’une chose à retenir : soyons nous même, car au final, notre classe, l’ambiance qui y réside, est en grande partie le reflet de nous-même quand on avance dans l’année… Et bien oui, au début de l’année, on récupère une histoire, des histoires : l’histoire d’une école, d’un individu, d’individus, d’une relation à l’école ou aux autres qui peut être compliquée et il y a donc beaucoup de choses à construire, voir à déconstruire… Mais au bout d’un moment, quand on avance dans le temps, c’est un peu de nous qui ponctue cet univers…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s